Se lire au féminin

Bien-être . Nature . Lecture

La lecture, pilier du bien-être – Partie 2/2

Livre développement personnel

Je ne sais pas vous mais de mon côté, en approfondissant les recherches sur les bienfaits de la lecture, j’ai réalisé que malgré ce que j’en savais déjà, je ne m’appropriais pas suffisamment mes lectures. Cela me laissait un sentiment de « pas fini », un peu de frustration parfois.

Souvent, je sentais qu’il manquait quelque chose pour ancrer mes découvertes. Parce que c’est lui, le mot révélateur : ancrer les histoires pour servir de support à la créativité, par exemple.

J’entends régulièrement des personnes se plaindre de lire « des tonnes » de livres, sans résultats probants dans la vie de tous les jours.

Et oui… il ne suffit pas de lire, encore faut-il « se nourrir » de ce qu’on lit.

Bref, dans cette deuxième partie, la solitude, l’empathie, l’accessibilité des livres voire leur gratuité ou encore la bibliothérapie sont les thèmes qui seront abordés.

Ils font partie intégrante de l’univers du livre.

Posez-vous tranquillement et reprenez un peu de ce cliché délicieux qui entoure la lecture; vous savez, le thé ou le chocolat chaud, la bougie, le plaid…

Lire adoucit la solitude...

Même si la lecture est un acte plutôt solitaire, nous pouvons nous sentir accompagnés, entourés, enveloppés par les personnages.

Bien sûr, l’intrigue et les lieux jouent beaucoup.

Qui n’a jamais éprouvé cette sensation de familiarité ou de proximité en tenant un livre ?

Beaucoup le considèrent comme un compagnon de route pour traverser le quotidien ou les tournants de nos vies.

C’est simple, le livre représente pour moi le doudou que je n’ai jamais eu.

D’autant qu’un livre reste bienveillant et sans jugement aucun…

Oui, la lecture peut accompagner la solitude de manière très positive, agréable  et ressourçante. C’est tout à fait humain, il n’y a aucune honte à le reconnaître.

Par exemple, quand je sens que mon humeur vacille, que je me sens seule mais pas forcément l’envie de sortir pour prendre l’air ou voir des amis, le livre est une valeur sûre pour traverser la morsure de l’ennui, de la solitude, parfois de la tristesse ou du découragement.

Sans nier tous ces ressentis, le livre nous aide à les traverser et les dépasser.

Comment ?

Toujours grâce au processus d’identification: il est très puissant. Vraiment vraiment. En effet, l’identification – et la capacité à s’identifier – est l’un des processus fondamentaux à l’origine de la construction de la personne.

Très prégnant au moment du développement de l’enfant, celui-ci grandit en imitant les autres; à l’adolescence, ce processus peut s’intensifier associé au fort besoin d’appartenance de cette période (dans le monde de l’édition, la catégorie « Young Adult » a littéralement explosé ces dernières années; les sujets évoqués sont les préoccupations majeures des adolescents).

S’identifier revêt une telle importance que personne ne peut s’en affranchir; le processus permet de trouver sa place dans le monde et de résoudre peu à peu l’une des questions existentielles qui nous poursuit toute notre vie : qui suis-je ?

Finalement, tout est lié. Nous n’avons pas conscience de tous les mécanismes psychiques en jeu quand nous plongeons dans une histoire.

Et pourtant…

Elle nous emporte, nous secoue, nous fait réfléchir, nous agace, nous horrifie… Nous ne ressentons jamais rien en lisant.

Connaître les « Pourquoi ? » et « Comment » de la lecture nous aide à nous sentir moins seuls.

En suivant, lire nous permet de vivre de nouvelles expériences en nourrissant notre besoin de découverte…

... Et favorise l'empathie

Grâce à quoi ?

Grâce à deux moyens en particulier : le processus d’identification (toujours lui, je le martèle) ainsi que les neurones miroirs, alliés de l’interaction sociale (déjà évoqués dans le premier article).

Besoin  d’un petit rappel ? C’est par ici, dans le paragraphe sur le pouvoir de l’imagination.

En effet , les liens et contacts sociaux sont leur terrain de jeu favoris.

Ils sont essentiels car nous permettent de « vivre au diapason des autres  » et « d’entrer en résonance avec le monde qui nous entoure ».

Les neurones miroirs fonctionnent à plein régime lorsque nous sommes au contact des autres.

Le lien avec la lecture ?

Elle stimule ces neurones, à sa façon, à travers nos ressentis et nos émotions.

Notre imagination nous permet de « vivre » le livre comme si l’histoire se passait concrètement sous nos yeux. Nous entrons en contact avec elle.

Les émotions font partie intégrante de notre quotidien; elles sont universelles et nous relient les uns aux autres. Être capable de les ressentir en lisant nous rend apte à mieux comprendre les personnes qui nous entourent.

Pour rappel :

  • l’empathie est la capacité à se mettre à la place des autres, à partager et à comprendre leurs émotions en les ressentant soi-même;
  • l’émotion est une réponse de l’organisme qui se caractérise par un ensemble de réactions physiologiques, comportementales et cognitives.

Je trouve que ce sont des notions passionnantes parce qu’elle nous invitent à mieux nous connaître, mieux nous comprendre et mieux comprendre le monde.

Elles nous aident à devenir plus emphatiques avec nous-mêmes, aussi…

Parfois, surtout si nos ressentis sont naturellement exacerbés, un livre peut être douloureux à vivre. Il n’en reste pas moins qu’il nous permet de nous sentir vivant (et vibrant).

La sensibilité, l’empathie, pouvoir se mettre à la place de l’autre sont des facultés (altruistes) que nous partageons tous. Leur développement s’intègre dans notre quotidien, nous permet de nous sentir à notre place et d’améliorer nos propres réponses émotionnelles.

La lecture est un acte solitaire, certes, mails elle n’empêche pas d’entretenir les relations humaines.

Au contraire, elle les facilite.

La lecture, une pratique accessible (voire gratuite)

La rémunération des auteurs est un point très important, même s’il n’en sera pas question ici.

Je m’efforce de trouver un équilibre (encore précaire, c’est vrai) entre l’achat de livres neufs et d’occasion. L’offre est pléthorique, mes envies aussi mais je ne pourrais pas du tout tenir la cadence financièrement si je ne fréquentais pas les médiathèques ou les boîtes à livres plusieurs fois par mois.

Chacune des options (payantes, d’occasion ou gratuite) a sa place dans le milieu du livre et de la lecture.

La plupart des personnes qui aiment lire aiment aussi posséder les livres pour les annoter, garnir une bibliothèque ou tout simplement avoir la possibilité de les relire.

Le prix du livre n’est plus un argument qui doit empêcher de lire et de se faire plaisir: médiathèques, donc, et bibliothèques (les emprunts sont généralement gratuits pour les résidents de la commune ou de la ville), les boîtes à livres qui fleurissent un peu partout, les vides-greniers, les librairies solidaires de type Émmaüs, les possibilités sont nombreuses.

Il existe un bon nombre de plateformes en ligne.

L’important est de nourrir notre plaisir, notre imagination tout en prenant soin de notre porte-monnaie.

Et, aujourd’hui, c’est tout à fait possible.

Respectez votre rythme de lecture, vos envies du moment; je me souviens de cette période (avec compassion) durant laquelle je découvrais la (stratosphérique) communauté de « Boookstagram »… Un plaisir pour les yeux et l’envie mais une ruine sur d’autres plans.

Bref.

La lecture ne se consomme pas, elle se savoure.

Rien ne devrait être un frein au besoin et au plaisir de lire.

Profiter au maximum de cette pause bien-être

Voici quelques pistes que vous connaissez sans doute et qui participent à rendre ce moment agréable.

Parce que c’est vraiment le but recherché, n’est-ce pas ?

- Déterminer un moment pour sa lecture -

Prendre du temps pour soi et pour lire peut se prévoir un minimum; c’est votre temps, il ne sera (quasiment) pas négociable. 

Cela paraît peut-être évident mais finalement, lire peut facilement passer à la trappe au milieu d’imprévus et de sollicitations en tous genres.

Un rendez-vous pris avec vous-même et noté dans votre bullet journal ou votre agenda, c’est sympa non ?

- privilégiez un moment calme dans la journée -

Sans sollicitations extérieures… bye bye les réseaux sociaux, la télé, la radio, entre autre. Il y a des bouts de temps dans la journée propices à la détente. Si si. Nous avons parlé du rituel du soir pour favoriser la détente et le sommeil mais à vous de choisir le moment de la journée qui vous conviendra le mieux.

L’important est que vous soyez au calme, dedans ou dehors. 

La lecture dehors peut être un pur délice, appuyée contre un arbre ou assise sur un plaid, pied nu pour profiter du soleil et du contact avec la Terre.

Oui, vous pourriez en profiter pour faire une séance d’Earthing pendant votre lecture.

Détente optimale assurée.

- choisir un endroit confortable -

Allongée, assise, vautrée, comme vous voulez. Entourée de coussins, de plaids, de tout ce qui vous fera passer un chouette moment de détente dans une ambiance cosy. 

Et dans une balancelle, vous avez essayé ?

Pour les personnes à qui le balancement ne donne pas mal au jouer, c’est sacrément relaxant de lire en se balançant.

- répétez la pratique à l'infini

Oui parce que quand on y prend goût, une journée sans lire peut vite devenir une torture.

D’autant que lire chaque jour permet de profiter pleinement de tous les bienfaits évoqués dans ces deux articles.

- lisez à votre rythme -

Pour vous imprégner de l’histoire, des personnages; pour favoriser l’ancrage, tout simplement.

D’ailleurs, en cours de lecture ou à la fin, vous pourriez tenir un carnet créatif ou un carnet de lecture et y écrire vos impressions, faire du collage, dessiner, tout ce qui pourra laisser une trace de votre lecture.

Cette pratique est l’une de mes préférées; elle s’inscrit parfaitement dans celle de la Bibliothérapie (dont je parle en suivant).

- partagez vos lectures -

Sur les réseaux si vous y êtes, sur un blog, à travers un club de lecture; là encore, les possibilités ne manquent pas pour faire vivre vos lectures et les partager.

Nous avons besoin de liens sociaux et la lecture fait partie des pratiques privilégiées pour les entretenir.

Et enfin, un mot sur la Bibliothérapie

La Bibliothérapie est à la fois une pratique et un terme très peu répandus en France (voire méconnus).

Pour en savoir plus, voici 2 articles : celui-ci et celui-là.

Vous connaissiez ?

Pourtant, elle existe depuis l’Antiquité, du moins le concept ainsi que l’utilisation des mots pour soigner. C’est aux Etats-Unis, en Alabama, que cette pratique a retrouvé ses lettres de noblesse après la Seconde Guerre Mondiale.

Les soldats meurtris écoutaient les infirmières leur faire la lecture à voix haute.

Elle est généralisée également en Angleterre où les patients se voient remis une liste de livres en complément d’un traitement plus curatif parfois.

Malgré tout, la Bibliothérapie n’est pas une pratique médicalement fondée mais elle soutient que les livres ont un fort impact dans nos vies. Certains praticiens l’ont bien compris.

Capables de faire évoluer notre vision du monde, les livres nous permettent aussi d’évoluer nous-mêmes et ce, dans tous les domaines de notre vie.

Avec un livre en main, il est possible de surmonter beaucoup de choses, nous l’avons vu, grâce à tous les processus physiologiques et cognitifs à l’oeuvre. On entend souvent dire que les réponse se trouvent à l’intérieur de nous; c’est indéniable. Et elles se trouvent aussi dans les livres. 

Se reconnaître dans une histoire ou une situation aide à prendre du recul sur la nôtre, à nous questionner, à cheminer vers une transformation ou pourquoi pas, vers une décision importante.

À travers son support privilégié, le livre, la Bibliothérapie agit comme le miroir de nos vies intérieures.

Et pour revenir à ce fameux ancrage que j’évoquais en introduction, le carnet créatif peut accompagner toutes vos lectures : en y dessinant, écrivant ou collant, vous y inscrirez de manière indélébile vos lectures. Souvenez-vous, le geste lié à la parole et aux pensées dans le premier article.

À consommer sans modération. 

Pour conclure

Au cours de ces deux articles sur l’impact de la lecture sur notre bien-être, vous avez pu réaliser de quelle manière elle permet d’adoucir notre quotidien.

Peu importe qu’elle soit une passion ou occasionnelle, nous profitions toujours de ses bienfaits, ne serait-ce qu’en nous posant pour lire.

Excellente pour la santé mentale et émotionnelle, c’est une activité qui ne tolère pas de contraintes. Lisez pour votre plaisir, selon vos envies, sans les laisser être dictées par les réseaux sociaux ou autres moyens d’influence. Certes, ils donnent des idées mais peuvent aussi favoriser la comparaison, l’inverse de ce que l’on recherche en lisant.

La lecture doit rester ce qu’elle est : une source de détente et de relaxation, stimulante et enrichissante pour le cerveau. 

Elle s’envisage comme un véritable atout santé et bien-être.

Un pilier, donc.

Associez-là à une activité manuelle afin de permettre son ancrage et vous créerez ainsi une magnifique bulle de créativité.

Sans restriction.

N’hésitez pas à partager votre avis sur tous ces points, sur votre investissement dans la lecture.

Je serai ravie de vous lire.

À très vite et en attendant, prenez du temps pour vous. 

Partager cet article

Magali Turis

A propos

Bonjour et bienvenue !

Je suis Magali, Éducatrice de santé-Naturopathe et Bibliothérapeute, maman, multipassionnée, et varoise d’adoption depuis 10 ans. 
Ce blog (mon refuge) est consacré au bien-être féminin à travers les différents piliers de la santé ainsi qu’aux bienfaits de la lecture. Vous trouverez donc ici des articles et des chroniques sur la nutrition/santé/bien-être au féminin, la bibliothérapie, la parentalité, la nature, des coups de coeur, des bouts de vie.

En espérant que vous y trouverez de l’inspiration, le plaisir de lire et de découvrir.

À très bientôt !

Sommaire de l'article

Archives & Catégories

.
Catégorie